TRAVAIL INDEPENDANT

EN MODE MISSION: Conseils, ouvrages, outils, événements...

Interview de Robin Dumas, manager exécutif chez Michael Page Interim Management

Ecouter en Podcast :

Retransription écrite de l'interview :

Bonjour, bienvenue dans AlloMission la chaîne du travail indépendant en mode mission. Aujourd’hui je reçois Robin Dumas, du cabinet de management de transition « Michael Page Interim Management ». Bonjour !

Bonjour Daniel !

Est-ce que tu peux te présenter s’il te plaît ?

J’ai débuté mon parcours en contrôle de gestion classique pendant un peu plus de 2 ans, ensuite j’ai rejoint un cabinet de chasse généraliste sur des missions tous types de secteurs avec aujourd’hui une spécialisation depuis un peu plus de 6 ans chez Michael Page sur des missions de management de transition.

Est-ce que tu as des conseils pour une personne qui souhaite se lancer en management de transition ?

Le premier conseil c’est de savoir ce sur quoi vous êtes très à l’aise et compétent, c’est-à-dire d’identifier dans votre parcours que vous soyez directeur financier, industriel, DRH ou directeur général les 2/3 compétences sur lesquelles vous êtes le plus à l’aise et que vous pourrez finalement dupliquer sur des missions de management de transition. Donc c’est savoir là où vous êtes très bon et là où peut être vous avez encore à apprendre car je pense qu’on est jamais bon partout.

Le deuxième conseil c’est de toujours, quand ils sont sollicités sur une mission, de mettre en regard des attentes du client ou tout du moins du mandataire, des exemples concrets ou des projets très concrets qu’ils ont pu mener en direct ou de manière transverse. On a bien souvent des demandes de nos clients qui font appel à un directeur très expérimenté ou dirigeant d’entreprise qui a managé des équipes pléthoriques mais finalement ce qui intéresse le groupe qui veut utiliser ce manager de transition, c’est la compétence et la capacité du manager de transition à gérer lui-même ce projet, et non pas déléguer à leurs équipes ou à leurs N-1, leurs N-2. On constate aujourd’hui que beaucoup de managers de transition sont sollicités sur des missions où ils doivent mener eux-mêmes leurs projets (et c’est là d’ailleurs qu’on voit également les managers de transition qui ont su garder cette casquette opérationnelle) donc un conseil pourrait être ; même si vous avez managé de grosses équipes, n’hésitez pas pour des missions à mettre en avant les projets que vous avez pu gérer vous-même.

Le troisième conseil, on constate que des missions peuvent échouer en fin de process de recrutement car le manager de transition, au moment de rencontrer le dernier interlocuteur qui peut être le dirigeant, va finalement se positionner sur un CDI, ce qui automatiquement décrédibilise sa candidature pour un management de transition et arrête stop net la mission.

Justement, est-ce que tu as un conseil pour le démarrage de mission ?

Le conseil que je pourrais donner pour les démarrages de missions, une mission en moyenne dure 6 mois donc ça va très vite, c’est, sur le démarrage, la phase de pré-audit et d’analyse de la situation qui nécessite finalement de s’appuyer sur l’existant de l’entreprise, en même temps en commençant à réfléchir au plan d’action.

Le deuxième conseil que je pourrais donner c’est dans la réalisation de la mission, avoir des points j’allais dire quasiment mensuels, où ça peut être même hebdomadaire au démarrage, pour bien identifier là où il peut y avoir des blocages sur la mission et ensuite dans la réalisation.

Un troisième point très important en mission, on constate aujourd’hui que bon nombre de missions qui réussissent sont souvent menées par des managers de transition qui se remettent systématiquement en question c’est-à-dire qu’ils ne réappliquent pas à chaque fois les modèles de réussite qu’ils ont pu connaître soit dans leurs précédentes expériences en CDI soit dans leurs dernières missions. Je prends un exemple tout simple, un manager de transition qu’on connaît depuis des années, qui a effectué peut-être une dizaine de mission, mais qui à chaque fois répétait la même méthode, dans chaque mission dans laquelle il intervenait, au bout d’un moment c’était un petit peu l’effet bulldozer. Donc on était plus du tout dans la prise de recul attendue pour un manager de transition, mais au contraire dans l’application d’un modèle prédéfini qui est un petit peu l’inverse de ce que recherche un groupe qui utilise la transition c’est-à-dire de pouvoir compter sur un regard neuf, une prise de recul et des propositions de solutions innovantes. Un des principaux échecs qu’on peut retrouver sur des missions de management de transition, c’est quand la mission évolue et finalement le sujet change par rapport au sujet de mission initial. Bien souvent, si le manager de transition ne fait pas preuve d’adaptabilité et de flexibilité pour ce nouveau sujet, systématiquement la mission s’arrête après 1 ou 2 mois.

Et Michael Page alors, tu peux nous situer, nous expliquer ?

Michael Page est un groupe anglais de recrutement, aujourd’hui présent en France depuis une trentaine d’années. Avec 4 marques principales, 4 métiers principaux : le recrutement de cadres confirmés via Michael Page, la partie Page Personnel qui gère des recrutements pour les profils plutôt juniors, notre cabinet de chasse et donc le cabinet de management de transition, Michael Page Interim Management. Aujourd’hui Michael Page Interim Management c’est une trentaine de consultants répartis sur 5 bureaux et donc pour gérer des missions de management de transition, sur des directions générales, des directions financières, des directions industrielles et plus globalement des directions supports.

Et donc on est basés à Neuilly ?

Oui.

Vous êtes là depuis combien de temps ?

Historiquement, ça va faire plus de 20 ans qu’on est basés à Neuilly, et donc aujourd’hui Michael Page Interim Management existe depuis une dizaine d’années.

Est-ce que tu as un dernier conseil là pour un manager qui souhaiterait se lancer ?

Un dernier conseil pour les managers de transition, quand vous rencontrez un cabinet de management de transition, ne répétez pas systématiquement l’ensemble de votre CV, mais mettez en lumière les deux ou trois expériences ou projets que vous avez gérés.

Si vous avez aimé cet échange, n’hésitez pas à le partager ou à mettre un petit pouce vers le haut ou à vous abonner à la chaîne.