TRAVAIL INDEPENDANT

EN MODE MISSION: Conseils, ouvrages, outils, événements...

Voici les 5 points essentiels à négocier avec son futur client avant de démarrer une mission.
Découvrez la conférence de Daniel Pardo au Forum Emploi Seniors 2018 le 7 mars 2018


Ecouter en podcast:




Imaginez ! Imaginez !

Vous avez été à un entretien de recrutement. Et lors de cet entretien de recrutement, vous avez pensé à quelque chose que vous avez entendu ici, peut-être dans une conférence, de travailler comme indépendant, et finalement de proposer vos services à cette société comme indépendant soit en créant votre société, soit en portage salarial. Et vous avez dit à Monsieur la société : « Je vous propose de facturer des honoraires, je suis flexible ».

Imaginez maintenant que cette société, elle vous appelle et elle vous dit : « Non, mais vraiment, votre profil correspond tout à fait à notre besoin et votre proposition d’intervenir comme ça en mode mission finalement dans le cadre d’une mission nous intéresse fortement. Et là, on serait intéressé de travailler avec vous pour 12 mois. Est-ce qu’on peut commencer la semaine prochaine ? »

Etes-vous prêt à répondre à cet appel ? Etes-vous en mesure de savoir ce qu’il faut négocier avec votre client ? Et je vous dis, je vais tout faire dans cette présentation pour que vous sortiez d’ici en sachant comment faire pour déterminer ces 5 points pour vous.

Bonjour ! Je m’appelle Daniel Pardo. Cette question j’ai eue à y répondre moi-même puisque j’intervenais dans les sociétés, dans les grands groupes de 400 millions d’euros à 2 milliards d’euros avec des équipes en direct de 15 à 30 personnes, et je facturais mes honoraires comme ça. Et j’intervenais sur des missions de 9 mois à 18 mois. Et il se trouvait effectivement, des fois il fallait démarrer extrêmement vite. Donc, les points que l’on va voir sont vraiment issus de mon expérience et de celles que j’ai pu partager avec d’autres consultants.


danielpardo

Par ailleurs, j’ai aussi créé FLEXI-ENTREPRENEUR qui est une société de portage salarial qui permet aux indépendants de démarrer extrêmement vite. Et parallèlement à cela, j’ai également écrit « Travaillez comme indépendant en mode mission » qui est le premier livre en France qui traite du travail indépendant comme ça dans le cadre de missions longues. Et justement, on va voir ces 5 points essentiels à négocier.


1- Les conditions financières


Le premier, c’est de poser les conditions financières.
Vous devez avoir, mais absolument clair, combien vous devez facturer. Parce que vous aviez l’habitude, en tant que salarié, en tant que demandeur d’emploi, de demander un salaire. Un salaire brut, un salaire net, mais un salaire. Un salaire mensuel ou un salaire annuel, mais un salaire. Ici, vous êtes en prestataire de services mais vous allez proposer une facturation hors taxes. D’ailleurs, souvent cette facturation hors taxes, elle est exprimée à la journée que l’on va multiplier par le nombre de jours travaillés et cette facturation à la journée s’appelle « Le taux journalier moyen ».
Et vous devez être en mesure de dire ; « Mon taux journalier moyen (TJM par ses initiales) c’est 200 euros, c’est 300 euros, c’est 1000 euros ». Mais finalement, vous devez être en mesure de savoir combien ça représente aussi. Et souvent on a en référence d’ailleurs un salaire brut, ça inclut le salaire net et les charges salariales.

salairebrut

Et souvent quand on est salarié, ben c’est ça ce qu’on demande, un salaire brut. Mais ici, vous devez savoir qu’effectivement, on partait d’un salaire net, il faut y rajouter des charges sociales, il faut rajouter des charges patronales, éventuellement si vous avez créé une société, il y a des frais de structures, si vous passez en portage salarial, il y a des frais de gestion. Et donc tout ça, vous devez l’additionner et finalement le facturer à votre client.
Je vais vous donner justement des techniques, une méthode super simple pour connaître le montant finalement hors taxes, le TJM que vous devez facturer.

Et juste avant ça, je vais vous poser une question, c’est de déterminer par exemple si vous intervenez comme ça dans cette mission longue de 12 mois, à temps plein et que vous allez gagner 70 000 euros bruts, combien pensez-vous devoir facturer à la journée ? C’est quoi votre TJM ? Que pensez-vous ?

Vous ne savez pas ? C’est ça qui est assez intéressant, c’est que aussi bien et c’est normal de ne pas le savoir ce montant, combien c’est, mais la société non plus, aujourd’hui en France, on ne sait pas trop ce que ça représente. Et donc même votre client, il ne sait pas trop, donc vous avez une marge de manœuvre finalement à passer en hors taxes. En fait pour gagner 70 000 euros bruts, vous, vous le savez, c’est…
500.

500 euros. Si vous facturez 500 euros hors taxes la journée, vous gagnez 70 000 euros bruts. Alors vous allez me dire, « oui, mais moi je ne gagne pas 70 000 bruts ». On vous a créé un simulateur exprès sur AlloMission.com/tjm dans lequel… c’est extrêmement simple, vous allez choisir le salaire brut annuel que vous vous visez.

simulateur

Donc ici, dans ce cas, on va prendre 100 000 euros. Ensuite, il vous demande s’il faut des congés payés, des précarités, il faut mettre 0 pour être comparable à un CDI. Si vous vouliez être comparable à un CDD, un salaire brut en CDD, il faudrait rajouter 10% par exemple, parce que vous savez, il y a un taux de précarité. Mais si vous voulez être comparable à un CDI, vous mettez 0% en précarité. Vous indiquez la durée de la mission, + de 3 mois. Et ici, il vous donne automatiquement le taux journalier, donc ici 716 euros, que vous devez facturer à votre client.

Donc avec ce système-là, peu importe votre rémunération, vous allez sur AlloMission.com/tjm. Et ce soir, vous savez combien vous devez dire à votre client au téléphone : « Monsieur l’entreprise, oui, moi je peux travailler avec vous. C’est 500, 600, 300… » peu importe, vous le savez.

Il y a quelque chose qui est important également à savoir, c’est les frais de bouche éventuellement dans le cadre de votre mission.

fraisannexes

Imaginez, votre mission est à Lyon, forcément vous allez avoir éventuellement des déplacements, des frais de bouche, des avions ou des trains à prendre. Donc, bien penser aussi si dans le cadre de cette mission spécifique, il faut ajouter quelque chose finalement au montant. Ici, c’était 500 euros hors taxes, il faudrait rajouter peut-être 20 euros ou 30 euros en fonction des frais ou peut-être 0 tout simplement, c’est des frais complémentaires. Ça peut être présenté en tant que facture mais il faut y penser, ou ça peut être un forfait que vous faites à votre client, ou ça peut être également ces frais-là gérés directement par la société, ça c’est également une possibilité mais vous devez le savoir dès le départ en fait. Et le fait d’anticiper cela, ça va accélérer le processus de contractualisation avec votre client.


2- Délai de prévenance


Alors, c’est quoi le délai de prévenance ?
Le délai de prévenance, imaginons cette mission de 12 mois.

delaideprevenance

Il s’agit d’un délai qui, par exemple au bout d’un certain temps aussi bien la société cliente que vous-même, vous pouvez arrêter la mission. Et c’est le délai que vous disposez pour pouvoir vous retourner.

Ça, c’est très important à penser aussi avant même de démarrer. Et moi, je vous conseille même d’en faire une force en fait parce que souvent les sociétés, aujourd’hui, elles ont peur de recruter. Et c’est de leur dire : « Bah écoutez Monsieur l’entreprise, vous avez peur, je comprends, vous avez un… » Moi, c’est ce que je faisais. J’intervenais sur les gros périmètres, je leur disais : « Bon, écoutez. On n’a pas de visibilité, vous ne me connaissez pas mais je vous donne la possibilité, si ça se passe mal, d’arrêter à tout moment en me prévenant un mois en avance », voilà. Et ça, ça fait en sorte que la société n’a plus peur de faire appel à vous. Et tout simplement, vous rentrez dans la société non pas par la porte « Recrutement CDI/CDD » mais par la fenêtre. Et une fois que vous êtes dedans, vous faites vos preuves comme tout le monde. Et souvent c’est soit prolongé, soit vous continuez, soit vous devenez salarié de l’entreprise. Donc ce délai-là, servez-vous comme une force.

Par contre, faites attention quand même parce que certaines sociétés ont tendance à faire que ce délai soit extrêmement court. Et souvent vous n’y prêtez même pas attention en fait. Vous êtes tellement content d’avoir remporté votre mission qu’il vous colle 10 jours. Imaginez, vous partez de Paris pour une mission à Lyon. Et on vous dit, « Mais c’était écrit et que vous n’avez pas fait attention à un délai de prévenance de 10 jours ».

delaideprevenance2

Et là, boom, s’arrête la mission et vous devez repartir à Paris. Tout quitter à Lyon, commencer à chercher éventuellement une solution à Paris et puis commencer à chercher une autre mission, bah c’est peut-être un peu court. Et donc il faut faire attention à ce délai-là. Je vous suggère de prévoir 30 jours minimum.


3- Délai de paiement


Un autre point, celui-là on y pense extrêmement rarement, c’est le délai de paiement. Alors, parce que moi je vois souvent des consultants, ils sont là, « Chouette, j’ai gagné… j’ai une mission de 500 euros, je démarre la semaine prochaine ! ». Chouette, je suis content pour vous. Est-ce que vous avez pensé au délai de paiement ? Et souvent, ce n’est pas le cas.

Imaginez, vous réalisez votre mission en janvier. Chouette, vous avez tout facturé. Vous allez arriver au février, vous facturez tous les jours que vous avez réalisés en janvier. Et vous avez demandé une facturation à présentation de facture.

delaidepaiement

Vous allez le recevoir tout de suite. Dans la semaine, dans les 10 jours, vous allez être payé par la société.
Prenons le cas ou pareil, vous avez signé la mission et ils vous ont mis 30 jours fin de mois. 30 jours fin de mois qu’est- ce qui va se passer ?
On va arriver à la fin du mois et on va commencer à compter 30 jours. Ça veut dire que vous allez être payé 2 mois après votre mission, donc 3 mois sans être payé en fait, vous faites votre mission pendant 3 mois. Certaines sociétés collent même 45 jours fin de mois. Vous êtes encore à avril pour être payé pour ce que vous avez fait en janvier. C’est super important.

Donc condition, essayez de négocier facturation « à présentation de facture », si c’est possible, ce n’est pas toujours possible. Mais tous ces points-là peuvent se négocier. C’est ça qui est important de savoir. Mais quand on ne le sait pas, bah on est tellement content déjà d’avoir la mission qu’on y pense pas. Mais ça, c’est tout à fait possible de négocier. Il suffit de demander.

Et un deuxième point, une deuxième astuce aussi, là c’est une astuce dans le cadre de la facturation. Par exemple le 25 ou le 26, je facture tous les jours du mois y compris ceux qui sont prévisionnels jusqu’à la fin du mois, et je les facture avant. Qu’est-ce qu’il va se passer ? C’est que tout va se décaler.

delaidepaiement2

Vous avez gagné bah dans le pire des cas 1 mois comme ça là-bas, parce que finalement c’est 30 jours fin de mois, le mois est arrivé à la fin, et puis on va compter 30 jours et donc c’est fin février que vous serez payé, juste pour avoir décalé quelques jours votre facturation.


4- L’acompte


Quatrième point, un acompte. L’acompte est également super important. Et là, c’est une somme d’argent que vous allez demander avant même le démarrage de la mission. C’est une somme que la société doit vous verser. Ça peut représenter par exemple 10 jours de facturation, ça peut représenter 20 jours dans certains cas, par exemple si vous facturez des sociétés à l’étranger. C’est quelque part pour vous sécuriser.

acompte

Il peut y avoir un client indélicat donc qui voudrait éventuellement si ça se passe mal interrompre votre mission. Et s’il ne vous a jamais réglé quoi que ce soit, il peut dire « Stop, c’est fini » et ça va être compliqué ensuite d’obtenir votre somme. Alors que souvent au début, ils veulent tellement commencer et c’est vous qu’ils veulent, vous êtes en force pour négocier à ce moment-là, une avance.

Un autre point, c’est également, si une société vous a dit : « Non, mais nous c’est règlement à 45 jours ». Bah vous pouvez également dire : « Oui, mais vous comprenez, vous avez un délai de paiement extrêmement tardif, donc c’est tout à fait justifié que je vous demande une somme avant le démarrage ». Et le fait de demander ça, ça va vous mettre en position de force aussi pour négocier finalement ce délai de paiement tardif et cet acompte. Vous pourriez presque dire : « Bah l’acompte, ok je vous le concède, mais vous me raccourcissez le délai de paiement ». Vous voyez, il y a un vase communicant entre tout ça. Quand est-ce que vous allez me payer finalement ? Et vous pouvez, entre l’acompte et le délai de paiement, faire un équilibre.

Et enfin, si vous passez par une société de portage salarial, il faut savoir que cette société, finalement elle a un engagement financier vis-à-vis de vous en termes de salaire, elle va vous verser derrière un salaire et donc elle a besoin de garanties. Et donc de toute façon, une société de portage salarial va vous demander une avance. Et vous pouvez vous servir également du fait que c’est la société de portage salarial qui vous demande cette avance finalement pour demander cet acompte, tout simplement, et c’est également pour vous protéger.


5- Choix du statut juridique


Enfin, dernier point, il faut connaitre comment vous allez finalement facturer cette société.
Donc, vous avez deux choix importants et les deux sont possibles. Vous pouvez soit créer une société. C’est assez simple en France de créer une société mais il faut se renseigner sur un certain nombre de choses : Pôle Emploi, domiciliation, frais bancaires, fiscalité, la TVA, l’URSSAF, quelques registres, les coûts... j’ai abordé ça également dans un livre que j’ai écrit justement qui s’appelle « Travaillez comme indépendant en mode mission ». Donc tous ces points là, vous pouvez les retrouver. J’indique étape par étape comment vous pouvez faire. Il faut penser à Pôle Emploi ou les choses comme ça.

structure

Ou l’autre choix, c’est la solution de portage salarial. Dans ce cas-là, c’est la société de portage salarial qui va facturer votre client et vous n’avez rien à créer comme société. Vous avez trois choses à faire quand même si vous allez passer par le portage salarial.

1) Se renseigner comment ça fonctionne. Donc, toutes les sociétés éventuellement que vous avez vues, je vous invite à aller voir comment ça se passe, comment se met en place un contrat, bien comprendre comment ça fonctionne tout simplement. Ils ont des réunions d’informations, nous on a également des réunions d’informations ou des présentations vidéos, donc ce n’est pas compliqué. Il suffit de passer deux heures éventuellement parce qu’il y a pas mal de subtilités. Vous pouvez avoir même un CDI par exemple en portage salarial. Il faut savoir ces subtilités-là.

2) Deuxièmement, je vous conseille de réaliser une simulation avec cette société de portage salarial et de voir finalement de votre facturation, par exemple de 500 euros, combien il vous reste à la fin en net, en salaire net, et de comparer les unes et les autres.

3) Et enfin de choisir votre société de portage salarial.

Comme ça, vous savez comment démarrer demain.

Donc, on a vu ces 5 points essentiels : les conditions financières, le taux journalier, le délai de prévenance pour arrêter la mission, le délai de paiement, l’acompte, et le choix de la structure. Vous savez ça et demain vous pouvez prendre cet appel. Et c’est pour ça que j’ai fait cette conférence.

J’espère que vous avez les outils pour répondre favorablement à cet appel et demain vous pouvez commencer une mission facilement.